Budget du projet

Qu’est-ce qu’on dépense ? Comment on le finance ? Vous voulez nous encourager à continuer ?

Et votre projet, vous le financez comment ? Et combien ça vous coûte ?

Cette question revient souvent et nous paraît essentielle pour se faire une idée des moyens d’un projet de ce type, tester notre propre viabilité et en profiter pour partager notre démarche !

Des frais « incompressibles »

Le projet supporte différentes dépenses sur lesquelles il est difficile d’économiser : assurances, mutuelles, site Internet, frais bancaires… Le tableau suivant relate les dépenses annuelles dites « incompressibles » :

Adhésion Sentiers du Devenir
(comprend l’assurance matos)
50€/an
Assurance sportive25€/an/pers
Mutuelles santé ~ 200€/an/pers
Hébergement du site43€/an
Frais bancaires persos45€/an/pers
Location Commown20€/mois/Vic
Forfait téléphone/internet10€/mois/pers
Service Cloud/Mail Zaclys25€/pers/an
Offert par leur soutien !
Total frais incompressibles1503€/an

Soit 501€ annuels ou 41,75€ par mois par personne de frais « inévitables » ou incompressibles.

Des frais « compressibles »

Nous les appelons « compressibles » car ils dépendent directement de notre exigence en confort et en débrouillardise. Nous y regroupons les frais de nourriture, de logement et de transports liés au projet.

On ne peut pas maintenir notre niveau de vie d’anciens alternants (avec le salaire qui y était associé) et ce n’est pas notre désir. Le projet est pour nous l’occasion de trouver des moyens :

  • 1) De réduire nos « besoins » et se satisfaire des « petites choses de la Vie ». Ok ça fait un peu cul-cul dit comme ça, mais j’vous jure qu’on a la banane quand on se fait une belle descente, ou un verre d’eau, un sandwiche comme dirait Edlinger.
  • 2) D’y répondre avec le moins d’argent possible en utilisant les (énormes) quantité de ressources jetées par nos systèmes ou bien en donnant du temps pour filer un coup de main à un maraîcher par exemple.

Bien sur, le petit 2) n’est possible que parce que l’on se donne le temps de le faire, à nous ensuite de voir comment on gérera notre rapport temps/argent dans nos vies en fonction de nos priorités et nos désirs. Le voyage est une expérience !

Nous nous sommes fixé un objectif de 50€/semaine/personne, bières comprises (sinon on sait très bien que l’on va exploser le budget…) en France. Avec ce budget, à 3 on assume très très bien nos 3 (gros) repas journaliers. Nous respectons plutôt bien cette limite en ce début de projet, car nous échangeons souvent des coups de main aux personnes qui ont la gentillesse de nous héberger, et bien souvent de nous sustenter !

Pour nous, il est important de changer notre rapport à l’argent en échangeant d’autres choses. Parfois, certaines personnes se satisfont d’un échange au coin du feu, mais lorsqu’on peut, nous sommes content de filer un coup de main. En général on apprend plein de trucs, et en plus on se tient en forme ! C’est le principe du woofing, que nous réalisons sans pour le moment passer par le site officiel. Participer à des chantiers participatifs est aussi un moyen pour nous d’apprendre, de relier nos questions de viabilité et enviabilité dans les chantiers entrepris, de rencontrer des gens impliqués, et d’être nourris blanchis ! Cependant, on essaye de toujours avoir une bouteille de rouge ou une bonne bière quand on arrive chez les gens, ça ouvre plutôt bien les discussions !

Niveau logement et transport, nous ne nous sommes pas donnés de budget limite, puisqu’avec le vélo et les tentes, ces frais sont plutôt occasionnels. On essaye de les faire rentrer dans les 50€/semaine pour le moment.

Le matériel

Le matériel, c’est LA où ton argent part vite ! En fonction des stratégies de chacun, les dépenses ne sont pas les mêmes ! On en arrive globalement à un équipement de vélo entre 1000 et 2000€ avec sacoches. Le matos de bivouac peut vite chiffrer aussi, avec nos montagnards, beaucoup du matériel était déjà investi depuis quelques années (sac de couchage, tente légère…), pour d’autres bretons, le matériel est au banc de test du froid !

Et d’où vient cet argent?

Et bien d’un don de Balkany bien sur !

Blague à part, pour le moment, le projet est quasi-intégralement financé par nos deniers personnels engrangés lors de notre alternance. (Nous avons un partenaire, Zaclys !) Nous avons chacun de quoi voyager de cette manière au moins un an.

Nous avons choisi de ne pas toucher notre chômage pour ce projet. Pas mal d’arguments vont pour et contre. Pour nous, le chômage n’a pas vocation à financer cette expérience, qui n’est pas en soi une recherche d’emploi (même si d’une manière, elle s’y apparente). L’argument de dire que c’est « notre » chômage car nous l’avons cotisé ne correspond pas à une vérité cristal, puisque nous toucherions plus que ce que nous avons réellement cotisés (4,05% de nos salaires bruts ne représentant pas les simulations réalisées). De plus, comme l’Assurance Maladie, le fond de l’Unédic est contributif. Nos cotisations servent donc à ceux qui, face à leurs échéances de paiement et suite à leur perte d’emploi, doivent continuer à vivre. Il n’est donc pas cohérent pour nous de toucher notre chômage pendant la période de notre projet.

Vous souhaitez nous soutenir ?

Nous avons été pas mal surpris (rhalala, ce manque de confiance sur le projet !), mais des personnes se sont montrées intéressées pour nous soutenir financièrement ! Grâce à notre partenariat avec Sentier du Devenir, nous avons accès à un HelloAsso où les intéressés peuvent se délester de quelques milliers (ou millions, ou milliards!!) au profit du projet !

Clé Ğ1

Et les ceux qui ont des DU de monnaie libre dans leur portefeuille, il est aussi possible de nous aider avec des Ğ1 (prononcée « Junes » avec l’accent français pour les intimes). La clé des champs : A2HGQQsWG3qRhZtmsCHU6ayK9xU7X2ghgqiVLMLSBt3k

Merci pour votre suivi et votre soutien ! <3

fr_FRFR
en_GBEN fr_FRFR